3 X Manon…et encore un trèfle!

Manon

 Je suis adepte des séries depuis que j’ai regardé Mad Men, The Wire, In treatment, Real humans… en France, j’ai découvert Les revenants avec bonheur, enfin une série dénuée de la touche franchouillarde (clichés et style démonstratif) une véritable histoire avec une atmosphère singulière (et qui ne copiait pas les américains! bref de la belle ouvrage ! J’ai bcp aimé Un village français ( plus classique mais je ne boude pas mon plaisir) mais j’avoue qu’en dehors de ces deux là je ne suis pas férue des productions hexagonales en tranches…

Et puis j’ai vu 3 X Manon et je suis sortie de ces trois heures totalement conquise, ravie et bouleversée. D’abord il y a ce regard intelligent, intuitif, ouvert que Jean-Xavier de Lestrade porte sur ses personnages, vous-nous-moi, les gens qu’on croise, l’être humain dans sa complexité, ses failles, ses éclairs d’humanité ou ses sursauts ; tout ce que le réalisateur devine et décline dans la gamme de l’infiniment paradoxal et c’est bouleversant ! Scotchant aussi. Je crois que j’ai rarement vu à l’écran un tel regard porté sur la maternité « noire » (je pense au sombre du Yin, cette troublante obscurité des profondeurs) et cela sans que rien ne soit asséné ni jugé, juste suggéré avec une économie narrative et une puissance d’évocation rares… Vertigineux !

Il y a ce monde des éducateurs, profs, psy qui accompagnent avec plus ou moins de réussite les jeunes à la dérive que personne n’a su dompter (par l’autorité), encore moins apprivoiser (par l’amour). Là encore rien de démonstratif, les personnages se dévoilent à mesure que l’action avance : des éducs qui doivent poser des frontières et s’y perdent parfois, une prof solaire, lumineuse dont l’infini respect pour ses élèves vous ferait croire que rien n’est jamais perdu, un directeur débordé, aux prises avec une administration très « administrative », une psy attentive, un avocat engoncé qui finit par se révéler bien plus touchant et éclairé qu’on aurait cru, une cuisinière véritable femme-totem -elle m’a fait penser à « Femme qui court avec les loups », un éduc qui transgresse les règles et sauve, par tendresse, amour, peu importe le terme mais son truc c’est de l’or en barre. Et les élèves… Rageuses, blessées, révoltées et perdues, drôles parfois, suiveuses, susceptibles, menteuses, filoutes ou désarmantes avec pour seul trésor cette rage qui les a aidé à survivre.

Jean-Xavier de Lestrade dit joliment qu’il a voulu filmer l’invisible et saisir l’âme de Manon. Il a fait bien davantage, parce qu’autour de cette fille sauvage (formidable Alba Gaïa Bellugi) il y a tous les autres et ils vivent, incroyables de justesse. 3 x Manon a la densité d’un roman (c’est pour cela sûrement que j’aime terriblement les séries, pour leur pouvoir de densité) et la force de ses images. La peau, l’émotion, la rage et tout ce qui n’est pas dit mais ressenti/compris, tout cela palpite sur l’écran et ça vous transperce.

Tout au long du film (j’ai du mal avec ce terme de mini série car il s’agit bien d’un film, une histoire filmée, de la matière rendue vivante) il y a des fulgurances, tantôt des exposions de colères tantôt des moments de grâce absolue et parfois, avant de basculer, on est sur le fil -amour ou haine ? violence ou abandon?- comme cette scène bouleversante où une main douce dénoue des poings rageurs, ou encore l’incroyable répétition d’Orphée devant Cerbère qui se déroule sous les yeux de la prof de français, le duel entre deux ennemies au bord de l’empoignement qui n’ont soudain que les mots à se jeter à la tête. Et quels mots ! Âpres, ridicules, maladroits, bouleversants, argotiques, hilarants, et soudain ça devient d’une poésie à couper le souffle… ou à pleurer !

C’est drôle, s’il y a une idée qui vient après avoir vu 3 x Manon ce n’est ni le découragement ni le cynisme (les jeunes, le monde qui fout le camp et l’orthographe avec, etc) plutôt une évidence ; finalement il n’y a que l’amour, et c’est lui qui sauve, rien d’autre.

Devant un tel talent je soulève mon chapeau (d’Alice ou du lapin) et je m’incline… Merci, monsieur Jean-Xavier de Lestrade!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s