Les grecs, la dette et un rêve d’amour…

1_oq-oiseaux

Je suis comme tout le monde (à quelques exceptions près) j’ai pas un diplôme en économie mondiale et quand j’entends « dette » je pense à un emprunt bancaire à taux X, remboursable sur X années. J’ai bien compris que la Dette Souveraine était un cran au dessus, et si je l’oubliais il y aurait toujours l’expert « vu à la télé » qui vient me le rappeler régulièrement. Et le ministre de l’économie. Et les titres des journaux, section « Économie Ta mère, tous aux abris ! ».

En gros : les états sont plombés par les intérêts de la dette pire que le cul d’un percheron, il n’y a aucune solution puisque c’est ça le principe: il y a de nouveaux emprunts, pour continuer à rester endetté dans une sorte de pyramide inversée, et tout va bien tant que ça va…

Bon, heureusement on a les arbitres, les agences de notation (ils sont trois comme les Grâces ou les Parques)  qui attribuent bons et mauvais points aux pays, AAA, AA- etc. (l’équivalent du bonnet d’âne) et déterminent le taux de confiance (et donc le taux des intérêts) Plus c’est risqué plus c’est cher plus la dette augmente et plus c’est plombé. Logique.

Donc, si je résume beaucoup : on court derrière un impossible remboursement comme un lévrier derrière une carotte. La faute à qui ? Pas à un poète en tout cas. Ni aux banquiers (enfin pas seulement) ni aux états (endettés) ni aux épargnants (les milliards de petits gus qui ont deux francs six sous sur des comptes à taux variables) ni aux investisseurs (pas seulement) ou aux spéculateurs (quoique) ou à la Finance Libérale, enfin si, un peu, mais comme on a les deux pieds dedans impossible de rebrousser chemin sauf à faire exploser notre système capitaliste mondial. Brrrrr.

Là dessus y’a les grecs qui se ramènent. Ça fait cinq ans qu’ils la mangent à tous les repas leur dette et forcément ça commence à peser sur leur digestion.

Petit prologue très résumé :
Aux origines était la Grèce. Un chouette petit pays ensoleillé (plage blondes,îles blanches, mer bleue) qui invente les philosophes et la discut’ en place publique. Et les égouts. Et le sport olympique, des théorèmes à coucher dehors, de la géométrie, le théâtre, des techniques agricoles, hydrauliques, médicales, astronomiques et même une turbine à vapeur. Et l’ancêtre de l’informatique avec messages codés à deux bits (je sais pas trop de quoi ça a l’air, en vrai, mais ça sonne bien en tout cas). Et un tas d’idées qui ont produit leurs effets.

Ensuite les années passent. Par milliers. Et les grecs, qui ont été à la pointe du progrès se retrouvent en queue de peloton, mauvais payeurs de dette, parmi les cancres de la classe. On va pas chercher ici les raisons de la cause ni pointer des doigts de premiers de la classe. Plutôt s’intéresser au dernier rebondissement, hier, quand la BCE a voulu jouer les gros bras et tancer vertement ces foutus grecs qui veulent pas jouer dans les clous comme tous le monde (heu, dis la BCE, je te signale que les clous ils dorment dessus comme des fakirs depuis 5 ans et ça leur pique un peu le fondement). En plus ils ont inventé les Dieux, pas Jésus Christ, alors question crucifixion, ils sont moins convaincus…

J’ai une question pour toi et tes deux copains de la Troïka, chère BCE. Tu n’aurais pas été créée pour éviter les fiascos qui ont frappé les cancres européens (Irlande, Grèce, Chypre) mais aussi éviter aux banques de jouer les kamikazes avec les tripes des épargnants ? et rendre la vision aux bigleux plus ou moins volontaire des superviseurs en chefs ? Bref, pour remettre de l’ordre parmi les vrais fauteurs de désordre ? J’ai nommé les spéculateurs/fraudeurs/Mégalos de tout poil ?

Évidemment un « gars » comme Syriza a de quoi faire frémir. D’abord ils sont à gauche (et ils ne portent pas toujours de cravate) ensuite ils proposent un truc de dingue : restructuration et réduction de la dette. Cela éviterait, par exemple, ce qui qui est arrivé à l’Allemagne dans les années 30 pour les mêmes raisons (Aube Dorée, si tu m’entends…)

C’est pas comme si les allemands n’avaient aucune idée de la chose. Ni aucune dette. Ni bénéficié d’aucune remise. Parce que le meilleur de tout, c’est quand madame la Chancelière endosse le costume de Mère Fouettard alors que :
1/ en 53, la dette de l’Allemagne est réduite de 62% (avec en prime moratoires, délais, je t’en passe et des meilleurs)
2/ en 1990, alors que la réunification aurait dû déclencher le remboursement des réparations après le pillage des banques grecques par les nazis, le chancelier oppose une fin de non-recevoir.
Et aujourd’hui ce sont les mêmes qui disent aux petits grecs de régler la note…

C’est vrai, on pourrait continuer longtemps à s’écharper et ça ne réglerait rien, ou pas grand chose.

Et pourquoi, pour une fois, on ne se lèverait pas, nous les citoyens, les petits pots de terre pour se donner la main face au Grand Pot de Fer ? Pourquoi ne pas repenser vraiment le Système, arrêter de jouer avec des notions abstraites qui engendrent des effets concrets catastrophiques pour la majorité des hommes ? Et remettre de l’équilibre, du vrai, du vivant dans ce merdier abstrait ? Et pourquoi pas, pour établir et préserver cet équilibre vital, imaginer que les pays riches donnent  aux  états plus faibles les moyens de se redresser et aux citoyens ceux de vivre ?

Rêver qu’au delà tous les clivages politiques et idéologiques on remette un peu de solidarité entre les hommes et les femmes de ce monde?

 PS : non, cher Figaro, les contribuables français n’auraient pas à débourser 700/800 euros si les Grecs sortaient de notre Grande Zone. Certains avancent le chiffre de dix euros par an, pas de quoi fouetter un Helléniste. Et pour l’instant, la dette rapporte à l’état français chaque année. Et de toute façon on est dans un rêve d’amour…

Et toc !

dessin St Exupéry

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s