A propos de l’auteur

Auteur, dramaturge, collaboratrice, conseil, script-doctor, ex lectrice (et ex AVS)… Aventureuse, boulimique de livres, amateur de bouddhisme (je garde le masculin pour la forme un poil machiste mais plus élégante)

 

Romans-Nouvelles

Cavale

Xo éditions (à paraître, janv 2017)

Vestine, une légende noire

Actes Sud, coll D’une voix, 2009. Coup de cœur de la FNAC, coup de cœur Mollat, coup de cœur théâtre de la ville de Guérande

L’amour est un carburant propre

Nouvelles. Éditions des 400 coups, l’Instant Même 2008

Les hommes sont des petits poucets

Prix Prométhée de la nouvelle Éditions du Rocher 2000 Réédition en 2004

La chair du péché

roman, Éditions du Rocher 2001

 

Collaboration avec Nicolas Vanier

Belle et Sébastien   XO éditions 2013

Le Grand Voyage   2 tomes, XO éditions 2011/12

Avec Mike Horn

Vouloir toucher les étoiles, XO éditions 1015

 

Témoignages

Frères jusqu’au dernier souffle     avec Damien et Nicolas Delmer, XO éditions 2015

Orphelin des mots   avec Gérard Louviot, XO éditions 2014

 

Théâtre

Carambolages

La Fontaine 2013, déclinée en deux versions, monologuée et dialoguée

La chambre d’échos

sur une idée de Marion Laboulais, en consultation au fond de documentation au Panta Théâtre, Caen.

Creuser la montagne avec mes dents

Editions Hybride 2006  Prix « Jeunes Talents » de Paris. Montée au théâtre du Zanzibar. Neuilly sur Seine. Guichet Montparnasse. La Garenne Colombe.

Jourdain et compagnie
Adaptation du Bourgeois Gentilhomme, montée en collaboration avec Jean-luc Gesquière, compagnie du Butor pour une classe théâtrale. 2008

 

Poésie

Juste avant l’amour…

Recueil de poésies 2008  Les alchimistes du Verbe. Épuisé

 

Scénario

Les pieds dans l’eau

co-écrit avec Benjamin Nicolas 2010

 

Script doctoring

Passion et colère
de M Zinnedaine (2012)

 

Traduction

WorldLiterature

4 nouvelles traduites en chinois, 2005

 

Expo peinture-poésie-musique

Juste avant l’amour…

peintures de Jasmine le Nozach, percussions d’Aïko Miyamoto, poésie de Virginie Jouannet Roussel à l’Ermitage Gantois  (Lille) 2009

 

Nouvelles théâtralisées et radiophoniques

Le naufrage d’une sirène

Biennale d’Arcueil 2001

Les petits polars de Sophie

France Bleu 2002

 

Concours primés, nouvelles éditées

prix Alpha, Palaiseau,, Saint Nazaine, Prix de la nouvelle du Mans, Harfang, L’encrier, Sand d’Encre, Montreuil, Arcueil, Nouvelles au Pluriel, Nanterre, Télérama, Écrire Aujourd’hui, Nouvelles Nuits, l’Hebdo Dimanche, Nouvelle Donne, Délits d’Encre, Albertine Sarrazin, Sol Air, Dissonances …

 

Genèse de ce blog

mantreuse

En 2008, à l’occasion de la sortie de « L’amour est un carburant propre »,  mon éditrice, Christine Féret-Fleury, me conseillait de composer un groupe sur Facebook…

Je suis à Internet, le blog, les formats PDF et JPeg et autres « poke » ce qu’un poète est à un mode d’emploi Ikéa (et que ceux qui n’ont pas pratiqué la chose me jettent le premier boulon manquant… La gare playmobil n’est pas mal non plus, ceci dit)

Une question me vient à ce propos: qui rédige leurs opuscules ? Un dyslexique ?
2, 3 exemples de ma « poésie » : Je n’ai pas ENCORE de portable. Ni de CB, ni de voiture non plus et même pas de sèche linge (pas la place). Un conseil en passant aux amateurs de chéquiers qui voudraient prendre l’autoroute : n’oubliez pas votre jerrican, on refusera votre règlement en cocotte papier. Trépidation ou méthode zen, rien ne marche, j’ai testé, le pompiste reste inébranlable, genre marbre imputrescible.

Je vous passe les réflexions perplexes des heureux propriétaires de portables qui m’interrogent sur ma capacité de survie « Mais tu fais comment ?”

Cela me donnerait presque l’envie de me retourner pour siffler mon diplodocus de compagnie.

Après la boîte mail, me voilà de plain-pied dans la modernité triomphante… Alors, pour conclure cette première chronique préambule pas très formatée, un merci à Blandine Longre pour ses conseils (sur les formats Jpeg, justement), même si je n’ai pas pu les suivre. Ce n’est pas faute d’avoir essayé une heure, mais il s’agissait d’un scan…

Ce qui nous conduit à la morale de l’histoire: il y a toujours une raison majeure et technique pour ramer ! N’empêche, un jour je finirai par surfer sans passer par l’étape colin-maillard, on peut toujours rêver!

PS: Diplodocus converti en portable en 2013, comme quoi il n’y a pas d’âge pour changer d’avis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s